Traduction des pièces de Ludmila Petrouchevskaïa. Людмила Петрушевская

Publié par

Traduire, c’est une de mes passions. Activité courante pour quiconque maîtrise une langue étrangère, c’est pour moi avant tout un moyen de faire découvrir aux lecteurs francophones des œuvres littéraires russes, et comme il s’agit ici de pièces de théâtre – les faire vivre sur une scène française ! Une rencontre se profile … et pourquoi pas avec vous ?

Ludmila Petrouchevskaïa est une grande dame de littérature en Russie. Née en 1938, elle a connu la répression de ses proches, la guerre et plus tard la censure de son activité d’écrivain. Après plusieurs années de journalisme, elle a pu publier ses œuvres à la perestroïka. Aujourd’hui elles font partie du programme scolaire et universitaire.

J’ai d’abord découvert ses contes et j’avoue avoir été conquise, toute jeune, par Ils sont heureux les chats – je traduirai cette histoire pour vous à l’occasion ! Madame Petrouchevskaïa a écrit romans, récits, contes et – pièces de théâtre.

La traduction des pièces de Ludmila Petrouchevskaïa. Людмила Петрушевская

J’aime particulièrement ces dernières. Ecrites dans une langue parlée voire populaire, assez légère, elles n’épargnent pourtant en rien le lecteur (et le spectateur !), en dépeignant des situations assez crues et peu banales. Petite-fille d’un linguiste de renom Nikolaï Yakovlev, Ludmila Petrouchevskaïa dit vénérer la langue vivante des gens ordinaires et dans ses pièces de théâtre elle fait dire à ses personnages des phrases qu’elle collectionne ! Les expressions dites par quelqu’un “comme une découverte, qu’on prononce une fois dans la vie” et entendues par la femme de lettres, sont religieusement notées dans un carnet pour revivre dans la bouche d’un de ses personnages.

Voici l’extrait d’une entrevue avec Ludmila Petrouchevskaïa que j’ai sous-titré en français pour ce projet de traduction :

Le projet est donc de traduire – dans un premier temps – deux pièces, L’amour et La cage d’escalier.

Pour mon mémoire de Master 2 dans le cadre duquel j’ai abordé ce travail, il n’était pas nécessaire d’avoir une autorisation de l’auteur à la traduction, mais comme j’aime faire les choses bien, je suis allée rencontrer Madame Petrouchevskaïa à Moscou ! Elle m’a dit qu’il n’existait pas de bonnes traductions de ses pièces en français, et que les rares fois où les traductions étaient réussies, elles étaient faites – ou en tout cas finalisées – en équipe avec un metteur en scène et des acteurs, avec la participation de Ludmila Petrouchevskaïa elle-même.

Quelques mois plus tard, le metteur en scène Jean-Cyril Vadi, son équipe de comédiens, et moi-même, nous voici sur le point de finaliser le programme d’une semaine de travail de traduction “sur et par la scène”, avec comme Ludmila Petrouchevskaïa l’a souhaité, sa présence et sa participation à ce travail ! Nous serons accueillis du 26 septembre au 1 octobre prochains à Grenoble, au (Petit) 38 chez Chantal Morel.

Il va sans dire qu’un tel projet nécessite des moyens pour le réaliser, simplement parlant : un budget. Nous lançons un financement participatif pour accueillir notre invitée Madame Petrouchevskaïa, ainsi que les comédiens, dans les meilleures conditions possibles.

Participez vous aussi à notre projet ! Suivez ce lien pour mettre 5, 10 euros ou plus dans notre cagnotte créée pour l’occasion. Pour vous remercier de votre contribution, nous avons pensé à des “contreparties” qui j’espère vous plairont. Je vous donne rendez-vous à Grenoble le samedi 1er octobre, pour une lecture publique à l’issue de notre semaine de travail ! Plus d’informations ainsi que des extraits de traductions vont suivre prochainement.

En attendant, voici la transcription de l’entretien avec Ludmila Petrouchevskaïa en vidéo ci-dessus, si vous voulez travailler un peu votre russe :

…К языку я отношусь, как филолог. Я его собираю, я им апеллирую, я им наслаждаюсь. Я считаю, что язык – это божество, что это бог. Я своих студентов тоже учу, актёров: Что услышал, немедленно запиши: второй раз не пришлют.

… Они берут то, что говорит народ часто. А я использую то, что говорят один раз. То, что как открытие. Для того, чтобы открыть это, надо очень много слушать. У писателя должны быть вот такие как у вас примерно уши. Вот у меня такие локаторы!

… Знаете, когда я пишу прозу, мне совершенно на хрен не нужен чужой язык. Проза не требует пятиминутного языка, она обходится более вечным. А вот в пьесах – конечно!

… Я несколько лет жила в деревне. Когда голод был – 90-ый год – я купила дом в деревне, чтобы прокормиться. Чтобы сажать картошку и как-то умудриться детей продержать. И вот там говорят! Вот там говорят! “Стефаунувна!* ” Наташа у меня – ей было 11 лет тогдаочень живо всё! “Мам, я пошла!” Московская девка!

– А область это какая была?

Это Муромский район, Владимирская область. Это заповедные места фантастической красоты!

Quelques liens vers les livres de Ludmila Petrouchevskaïa traduits en français :

A très bientôt !

Отличного вам лета! / atlitchnava vam léta = Bel été à vous !

* Стефановна est le patronyme de Ludmila Petrouchevskaïa (Людмила Стефановна Петрушевская). Ici, il est modifié par l’accent de la région de Vladimir.

** En image de couverture pour cet article, j’ai utilisé l’un des (multiples) autoportraits de Ludmila Stefanovna daté de 1997.

10 Responses to "Traduction des pièces de Ludmila Petrouchevskaïa. Людмила Петрушевская"
  1. Добрый день Ania,

    Je n’arrive pas à me connecter à Leetchi via ton article, peux-tu donner le nom de la cagnotte pour verser en accédant directement sur le site de Leetchi ?

    Bonnes vacances et merci pour tes super articles.

    Jean-Marie

  2. Bonjour , le lien donné en réponse au message de Jean-Marie fonctionne . Par contre , dans mon cas , Leechi a gardé en mémoire un ancien numéro de téléphone que je n’ai plus sur lequel il envoie le code secret pour valider le don …Du coup je vous fais parvenir un chèque à votre boîte postale…à l’ancienne ! J’espère que cela ne vous posera pas de problème . Bonnes vacances .

  3. Bonsoir Ana
    Je trouve que votre projet est intéressant , j’ai eu du mal à ouvrir le message reçu dans ma messagerie , mais là je vois que ça marche.
    Je vais donner ma participation car je pense que vous méritez notre aide, même si elle est substantielle , car je consulte
    vos posts et leçons avec plaisir.
    J’espère pouvoir ouvrir le lien….Bonnes vacances à vous et votre famille.
    Joelle

  4. Entre deux grosses pannes d’internet, j’ai réussi à conjurer le sort et à verser ma modeste obole dans le tronc commun.
    Puisse Madame Petrouchevskaïa, cette grande dame de la littérature, apprécier le Dauphiné et les splendeurs du Grésivaudan, conforter la volonté de vos élèves (et amis) dans leur découverte de la langue de Gogol et raffermir plus encore les liens d’une amitié -franche et multiséculaire – existant entre le peule russe et le peuple français .
    Cordialement,
    Patrick

  5. Bonjour,

    Est-il possible de se procurer les pièces que vous avez traduite de Lumila Petrouchevskaïa , ou peut-on les acheter?
    D’avance merci de votre réponse.
    Lucky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Partages
PageLines