La cage d’escalier – une pièce de théâtre de Ludmila Petrouchevskaïa. Лестничная клетка

Publié par

Dans une pièce en un acte se déroulant à huis-clos, Petrouchevskaia met en jeu deux hommes et une femme qui pourraient faire croire à un triangle amoureux. Youra le bavard et Slava le taiseux sont deux clowns inquiétants, cruels, pathétiques, et drôles qui ne sont pas sans rappeler les personnages de Beckett, dans leurs actions ou les ruptures apparemment illogiques de leur discours. Quant à Galia, elle est à la fois fragile comme la proie solitaire qu’elle semble être et sûre d’elle comme la femme nourricière qu’elle demeure.

Comme pour la pièce L’amour, je vous propose ici un extrait de la pièce en russe, avec la traduction. Bonne lecture !

La cage d'escalier - une pièce de théâtre de Ludmila Petrouchevskaïa. Лестничная клетка
En URRS dans les années 1970

Лестничная клетка

Пьеса в одном действии (отрывок)

Людмила Петрушевская

Действующие лица

Юра

Слава

Галя

Соседка

Сцена представляет собой лестничную площадку. Двери. Из лифта выходят Юра, Слава и Галя. На них пальто и шапки.

 

(…)

Галя.     Вы хорошо разбираетесь в людях.

Юра.     Я? Да, я это делаю. (Воодушевляясь.) Вот мой друг Славик, сотрудник одного из институтов. Познакомьтесь.

Галя.     Галина Ивановна. Очень приятно.

Слава (подавая руку). Я.

Юра.     Славик. Ростислав. Мой друг.

Галя.     Ваш друг молчаливый.

Юра.     Это признак ума. Молчание — золото.

Галя.     А разговор — серебро.

Юра.     Это вы подметили. Это верно. Я много говорю. Выпил с утра бутылевич «Сурож». Марка портвейна, «Сурож». Вы извините, суббота. Музыканты играют на мероприятиях. С утра уже поднесли.

Галя.     Музыканты?

Юра.     Мы музыканты. Но это разговор будущего.

Галя.     Почему? Мне интересно.

Юра.     Что вам сказать? Музыкант заставляет страдать человеческие души, а сам ничего. Слёзы ему вода, горе не вечно.

Галя.     А что вы играете?

Юра.     В основном Шопена. Марши.

Галя.     Да? А на чём вы играете?

Юра.     Такая есть валторна. Валторнист.

Галя.     А что это?

Юра.     Духовое.

Галя.     Духовое?

Юра.     Когда я был мальчиком, у меня от неё лопалась губа. Видите? Вот. (Выворачивает губу под лампочкой.)

Галя.     Ой. Часто лопалась?

Юра.     Ежемесячно.

Слава.   Пошли.

Юра.     Подожди. Славик молчит, но чего-нибудь обязательно скажет, и всегда в точку.

Галя.     А как, вам зашивали?

Юра.     Зашивали? Нет. Зарастало. Неделю не играть — зарастает. Но я не давал зарастать, расковыривал.

Галя.     Больно было?

Юра.     Я валторну зато терпеть ненавидел.

Слава.   Да пошли.

Юра.     Однако учился в музыкальной школе. Погоны носил.

Галя.     Хочешь не хочешь, я понимаю.

Юра.     Дуди.

Слава.  Я пошёл.

Юра.     Славик хочет уйти.

Галя.     Правда?

Слава.   Нашёл тоже! Грош цена в базарный день.

Юра.     Мы обиделись.

Галя.     Да?

Юра.    Ехали, а вы нас не пускаете. Это некрасиво. Договаривались по телефону. Встретились на остановке. Если мы вам не подошли, то вы так и сказали бы. Ещё тогда. А то ехали, приехали. Расценивали вы нас, что ли? Некрасиво. Вы себе цену должны знать, какая вы. Это не в ваших силах, так играть. Красотки так играют. Но только не вы.

Слава.   Пошли.

Юра.     Погоди, пусть ответит за это. Чем это мы не подходим?

Галя.     Неужели?

Юра.     Что — неужели?

Пауза.

Слава.   Неужели в самом деле все качели погорели!

Юра.     У нас тут ещё три телефона записаны, могли бы им звонить. Учительница английского языка. Культурная женщина. Посадила, скатерть ковровая, хрусталь, живёт одиноко. Ноги не вытирайте, и так пол немытый, руки опускаются, всё моё со мной, а больше не для кого. Потеряла любимого Колю.

Слава.   Не Колю. Колли она любимого потеряла. Собаку. Породу.

Юра.     Колю она потеряла. Фотография чья висит?

Слава.   Фотопортрет Хемингуэя.

Юра.     Ты откуда знаешь?

Слава.   У нас в лаборатории такая же висит.

(…)

La cage d’escalier

Une pièce en un acte (extrait)

Ludmila Petrouchevskaïa

Personnages – YOURA, SLAVA, GALIA, LA VOISINE de l’appartement communautaire.

La scène représente une cage d’escalier. Des portes. Sortent de l’ascenseur YOURA, SLAVA et GALIA. Ils portent des manteaux et des chapkas.

(…)

GALIA           Vous vous y connaissez bien en genre humain.

YOURA        Moi ? Oui je fais là-dedans. Il s’emballe. Voici mon ami Slavik, employé dans un Institut. Faites connaissance.

GALIA           Galina Ivanovna, enchantée.

SLAVA          (Lui tend la main). Moi.

YOURA         Slavik. Rostislav. Mon ami.

GALIA           Votre ami est un taiseux.

YOURA         C’est un signe d’intelligence. Le silence est d’or.

GALIA           Et la parole est d’argent

YOURA         Vous marquez un point. C’est vrai. Je parle beaucoup. Ce matin j’ai descendu une bouboute de Souroj. C’est une marque de vin cuit, Souroj. Vous m’excusez, on est samedi. Les musiciens jouent pour des évènements. Dès le matin on m’a servi.

GALIA           Les musiciens ?

YOURA         Nous sommes musiciens. Mais laissons ce sujet pour plus tard.

GALIA           Pourquoi ? ça m’intéresse.

YOURA         Que vous dire ? Un musicien fait souffrir les âmes humaines, mais lui-même rien. Les larmes c’est de l’eau, le chagrin n’est pas éternel.

GALIA           Et qu’est-ce que vous jouez ?

YOURA         Surtout du Chopin. Des marches.

GALIA           Ah oui ? Et de quoi vous jouez ?

YOURA         Il existe un certain Cor des Bois. Corniste.

GALIA           C’est quoi ça ?

YOURA         C’est à vent.

GALIA           A vent ?

YOURA         Quand j’étais gosse j’avais toujours la lèvre éclatée à cause de ça. Là. Il retourne sa lèvre sous la lumière d’une ampoule

GALIA           Oula ! Ça éclatait souvent ?

YOURA         Mensuellement.

SLAVA          On y va.

YOURA       Attends. Slavik se tait mais à un moment donné il dit forcément quelque chose et ça fait mouche à tous les coups.

GALIA           Et quoi, on vous mettait des points ?

YOURA        Des points ? Non. Ça cicatrisait. A ne pas jouer pendant une semaine, ça cicatrise. Mais je ne laissais pas cicatriser, je faisais saigner.

GALIA           Ça faisait mal ?

YOURA         Ce cor des bois, je n’en pouvais plus de le haïr.

SLAVA          Allez, on y va.

YOURA         Or j’étais au Conservatoire. C’était l’armée.

GALIA           Je comprends, que tu le veuilles ou non…

YOURA         Ventile.

SLAVA          J’y vais, moi

YOURA         Slavik veut s’en aller.

GALIA           C’est vrai ?

SLAVA           D’où tu la sors ! Elle vaut pas un clou.

YOURA          Nous sommes vexés.

GALIA            Ah bon ?

YOURA         Tout ce trajet et là vous nous faites patienter. C’est pas joli. Nous nous sommes entendus au téléphone. Nous nous sommes vus à l’arrêt de bus. Si on ne vous convenait pas vous auriez pu le dire. Tout-à-l’heure. On a fait le trajet, on est là. C’était pour mieux nous évaluer ou quoi ? C’est pas joli. Vous devez savoir combien vous valez, qui vous êtes. C’est pas dans vos cordes de jouer comme ça. Des belles filles peuvent jouer ce jeu-là. Mais pas vous.

SLAVA            On y va.

YOURA           Attends, qu’elle réponde à ça. En quoi on ne convient pas ?

GALIA             N’est-ce pas ?

YOURA           Quoi n’est-ce pas ?

SLAVA            N’est-ce pas n’est-ce pas et patati et patata

YOURA          Nous avons encore trois numéro de téléphone, là, on aurait pu les appeler. Une prof d’anglais. Femme cultivée. Nous met la table, une nappe en tapis d’orient, du cristal, vit dans la solitude. Ne vous essuyez pas les pieds, je n’ai pas lavé par terre, les bras m’en tombent, tout ce qui est à moi est à moi et pour personne d’autre. Perdu son Kolia adoré.

SLAVA             Pas son Kolia. Son colley adoré elle a perdu. Un chien. Une race.

YOURA            C’est Kolia qu’elle a perdu, Kolia. C’est qui sur la photo au mur ?

SLAVA             Un portrait d’Hemingway.

YOURA            D’où tu sais ça toi ?

SLAVA             Nous avons le même au labo.

(…)

 

Traduction en français d’Ania Stas et de Jean-Cyril Vadi, avec l’aide de Chloé Schmutz, Marie Champion, Rodolphe Poulain et Cyril Fragnière.

L'équipe de traduction, septembre 2016
L’équipe de traduction, septembre 2016
3 Responses to "La cage d’escalier – une pièce de théâtre de Ludmila Petrouchevskaïa. Лестничная клетка"
  1. Bonjour chère Ania, bonne année à toute l’équipe de traduction.

    Ayant été piraté en fin d’année nous avons dû changer d’adresse mail (et pourtant nous ne sommes pas le Pentagone).
    Je pense que c’est pour cela que je ne reçois plus de nouvelles de vous, des traductions, de Lumila Petrouchevckaia, si elle va mieux, si vous organisez à nouveau une rencontre….. tout cela nous intéresse comme nous a intéressé son livre que vous m’avez envoyé.
    Amitiés, Bénédicte d’Acremont.

    • Bonjour Bénédicte,
      Je vous remercie de votre message – même si ce piratage n’est pas une bonne nouvelle.
      Nous avions prévu de faire une autre lecture en janvier mais elle est reportée – je vous tiendrai informée
      de la date et du lieu (ce sera en Savoie).
      Je n’ai pas de nouvelles récentes de LP, mais elle va mieux. Lorsque je l’aurais eu au téléphone, ou par mail, je reviendrai vers vous
      et peut-être y’aura-t-il matière à écrire un bref article…
      Je suis heureuse que île livre vous ait plu.

      Récemment j’ai traduit le conte de Snégourotchka, en en faisant une version courte qui sera mise en scène au Théâtre du Casino d’Aix-les-Bains
      mercredi 18 janvier à 18h30.

      Bien à vous

      Ania
      PS – Je prendrai le temps de mettre en ligne un extrait de la soirée lecture des pièces de LP qui a eu lieu à Grenoble cet automne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Partages
PageLines