Stalker, un film d’Andreï Tarkovski. Сталкер

En complément des cours vidéos de grammaire russe, voici un article culturel qui vous invite à apprendre le russe à travers le cinéma !

Expliquer le Stalker est une entreprise délicate. Je ne suis pas spécialiste ou critique de cinéma, mais je souhaite néanmoins apporter mon regard sur ce film bouleversant de la fin des années 70.

Andreï Tarkovski est né en 1932 sur les bords de la Volga et après avoir travaillé comme géologue en Sibérie il entre dans le cinéma au début des années 60. Il tournera très peu et lentement – 7 films en 24 ans – et meurt à Paris en 86, année de la catastrophe de Tchernobyl…

Le lieu central du Stalker est un no man’s land – un champs de ruine après l’apocalypse – dans lequel le temps est aboli et l’espace muable jusqu’à l’incertain.

Tarkovski y met en scène la rupture définitive entre la Nature et l’Histoire, sous la forme méditative d’un cheminement intérieur dont nous sommes les témoins privilégiés. On a souvent identifié cette zone à Tchernobyl, mais le film de Tarkovski, réalisé 7 ans avant la catastrophe, est moins un film d’anticipation que la métaphore de son époque.

Le postulat de Tarkovski pourrait se résumer à une phrase : l’apocalypse a eu lieu et personne ne s’en est aperçu. Le Stalker, à la fois passeur et guide spirituel, conduit un Scientifique et un Ecrivain (deux figures emblématiques de la nomenklatura soviétique) dans la zone interdite jusqu’à la chambre des vœux exaucés. Les personnages y entrent à bord d’une draisine, progressivement, lentement, et en silence, comme on entre dans un rêve, accompagnés du bruit de fond permanent que fait l’engin sur les rails. Plus tard, leurs dialogues sont de longs monologues philosophiques, métaphysiques, et là encore le film échappe au réalisme et au quotidien.

Nous suivons l’itinéraire des trois hommes, qui prend peu à peu la forme d’un pèlerinage forcé – le Stalker ayant seul la Foi.

Nous savons peu de choses du Stalker mis à part que c’est un homme qui souffre – il a passé quelques années en prison et se sent partout en prison, sa femme nous parle de lui face caméra en sortant de la fiction pour nous raconter sa singularité, son exemplarité, le scientifique parle de lui à l’écrivain, sa fille unique Macha est invalide mais sa foi ou son innocence lui permet de déplacer des montagnes (en l’occurrence, de faire bouger un verre sur une table par la seule force de son regard) et Stalker à la fin la porte sur ses épaules comme St Christophe porte le Christ.

Peut-être le Stalker est-il un double de Tarkovski, qui s’était tourné de façon radicale vers la seule source inépuisable d’inspiration et de paix : la spiritualité, le besoin de transcendance inhérent à l’être humain.

Son film regorge de symboles qu’il serait vain d’énumérer ou d’analyser. Tarkovski est pénétré par les symboles et sans doute les utilise-t-il inconsciemment, tant il est habité par une tension constante entre le visible et l’invisible. Les symboles et références à la chrétienté surgissent et échappent au réalisateur autant qu’au spectateur mais pour autant ils sont prégnants et nous vivifient malgré nous, passant au-delà du filtre de la conscience et de la raison.

Stalker, un film d'Andreï Tarkovski. Сталкер
Stalker, un film d’Andreï Tarkovski. Сталкер

Le Stalker est un film initiatique que l’on regarde comme on voyage.

Il nous ouvre des perspectives insoupçonnées, et les contrées visitées nous sont heureusement insaisissables.Ce que nous comprenons plus ou moins confusément c’est que cette chambre que les protagonistes vont finir par atteindre mais au seuil de laquelle ils resteront, est le lieu de toutes les créations possibles, de tous les commencements. L’écrivain, incapable de reconnaître ou d’assumer sa faiblesse ne pourra y avoir accès et renaître à lui-même, car pour Tarkovski la résurrection – morale, symbolique – passe par l’acceptation de son insignifiance. Le Professeur qui représente l’orgueil et la démesure de la science moderne (Tarkovski a été témoin d’Hiroshima) devra renoncer à son projet et s’agenouiller devant le mystère. Incapable de répondre aux questions existentielles et vitales de l’époque parce que refusant la transcendance, la science nie le miracle et se coupe de son humanité. Tarkovski fait dire au Stalker – pourquoi détruisez-vous la foi ? et l’on ne peut qu’entendre la voix du réalisateur lancer cet appel pathétique au pouvoir soviétique et à l’intelligentsia en place.

Chercher l’invisible et libérer la Nature pour espérer renaître à soi-même et vivre pleinement son humanité – tel pourrait être le message central de ce film mystérieux, mystique.

Si l’on quitte nos prothèses technologiques qui nous empêchent de rêver en se substituant à notre imaginaire et le court-circuitant, on remonte alors au moyen-âge, période féconde pour l’esprit. L’écrivain le dit au tout début du film : le monde alors était empli d’une présence divine que le mystère rendait intensément vivant. Chercher l’invisible derrière le visible, fermer les yeux pour voir enfin.

Cinéphiles, je vous donne rendez-vous à Honfleur pour ma formation immersive pendant le Festival de cinéma russe !

Leçons dans la même catégorie

Rencontre avec l’actrice Yulia Khlynina. Юлия Хлынина

Le stage de russe à Honfleur est l'occasion de faire des rencontres. Ainsi, j'ai profité du festival de cinéma russe pour échanger avec les artistes présents. Je vous présente aujourd'hui la belle Yulia Khlynina ! Le cadre du Festival de Honfleur est simple et l'ambiance convivial. Loin des paillettes des grands festivals de France ou de Russie, nous échangeons avec les artistes et les artisans des films à l'affiche. C'est ainsi que j'ai rencontré la jeune Yulia Khlynina,...

Etudier ce cours

Rencontre avec Artiom Temnikov – réalisateur. Артём Темников

Interview de Artiom Temnikov - réalisateur du film "Le sang" - Кровь. Aujourd'hui - retour sur la 26ème édition du Festival de cinéma russe de Honfleur, avec cet entretien en vidéo ! Pitch du film : Valery Romeev est un jeune artiste peintre qui a quitté une petite ville d'Ukraine pour chercher son bonheur à Moscou. Après avoir abandonné ses études dans un institut des Beaux Arts, il végète sur l’Arbat à faire des portraits pour les passants. Il revoit Lina, sa cousine dont il...

Etudier ce cours

Rencontre avec la photographe russe Margarita Kareva. Маргарита Карева

Vous avez sans doute vu les magnifiques photos de Margarita Kareva. Il y a quelques jours, j'ai eu la chance de rencontrer la photographe russe ! Interview. Dans cette vidéo, Margarita nous parle de ses débuts, de son travail, de ses sources d'inspiration, et nous livre quelques secrets personnels 🙂 Nous avons fait cette interview en russe - vous allez en la visionnant enrichir votre vocabulaire !  Les premières photos de Margarita Kareva qui m'ont marquée sont bien sûr...

Etudier ce cours

Soy Cuba, un film de Mihkaïl Kalatozov. Я – Куба.

Apprenons le russe avec un film intransigeant devenu culte 30 ans après sa sortie confidentielle en 1964 : Я — Куба de Mikhail Kalatozov! On connaît en général Quand passent les cigognes - Летят журавли - immense et magnifique film du même réalisateur, tourné quelques années plus tôt, avec la merveilleuse Tatiana Samoïlova et le non moins brillant Alexeï Batalov. On ignore en revanche l'existence de Soy Cuba. Et pourtant, quelle fresque sublime que ce film...

Etudier ce cours

La petite fleur écarlate. Аленький цветочек

Les films sont un bon moyen d'apprendre le russe, en entraînant votre oreille. Pour faire suite à mon article sur l'apprentissage du russe à travers le cinéma, et sur plusieurs présentations de films, je vous fait découvrir aujourd'hui un petit bijou d'animation, antérieur au fameux Conte du tsar Saltan, et très impressionnant. Une palette de couleurs flamboyantes, une esthétique soignée, un réalisme des dessins comme on en fait plus aujourd'hui : Voici donc Аленький цветочек,...

Etudier ce cours

Formation immersive de russe à travers le cinéma, à Aix-les-Bains.

Vous parlez déjà russe et vous désirez pratiquer et vous perfectionner ? Je vous propose une formation de russe intermédiaire immersive à Aix-les-Bains ! Pendant 4 jours, en plus de 20 heures de cours, je vous emmène au cinéma voir des films russes, et vous loge chez des hôtes russophones afin que vous soyez complètement "en immersion". Rien de tel pour apprendre le russe ! Pour profiter de mes cours de russe pendant la Semaine du Cinéma Russe à...

Etudier ce cours

« Ceci n’est pas une radio, mais un film ». Пи́тер FM.

Apprenez le russe en décompressant devant Питер FM - Piter FM - un film romantique, avec St Petersbourg en personnage principal. D'un côté Macha, animatrice radio qui se prépare à épouser un ancien camarade de classe, et de l'autre Maxime, qui vient de gagner le concours international d’architectes. Un après-midi ensoleillé, Macha perd son portable en traversant la rue. Maxime le ramasse, et se met en tête de le lui rendre... Macha est toujours en retard partout Que ce soit à...

Etudier ce cours

Le Cinéma Russe d’aujourd’hui au Festival de Honfleur ! Онфлёр

S'immerger dans la langue et la culture russe à l'occasion du Festival du cinéma russe de Honfleur -  un moyen idéal d'apprendre la langue et de mieux connaître la Russie ! Nous voici à Honfleur, une merveilleuse ville normande que je n'avais pas le plaisir de connaître - la France regorge de coins magnifiques - pour voir un choix de nouveaux films russes. Ce festival est né à St Raphael, en 1993, sous l'impulsion du poète Grégoire Brainin et de...

Etudier ce cours

Le Conte du Tsar Saltan ou Pouchkine en dessin-animé – Сказка о царе Салтане.

A l'origine de ce dessin-animé, un long conte merveilleux en vers, rythmés et rimés, écrit par Alexandre Pouchkine. Lorsque Pouchkine écrit en 1831 "Le conte du tsar Saltan, de son fils, glorieux et puissant preux le prince Gvidone Saltanovitch et de la très-belle princesse-cygne",  il s'inspire librement d'un conte traditionnel russe. Pouchkine avait envisagé d'écrire le conte en alternant vers et prose, mais il a ensuite abandonné cette...

Etudier ce cours

Le Frère, de Balabanov. Брат

A travers un genre nouveau, et avec comme protagoniste un jeune homme qui cherche son chemin, Alexeï Balabanov dépeint le désarroi de la jeunesse russe des années 1990. Quant à Sergueï Bodrov, qui interprète le personnage principal de Danil Bagrov, il est devenu le héros de toute une génération.

Etudier ce cours

La Reine des neiges, un classique du cinéma d’animation soviétique ! Снежная королева

La Reine des neiges est un film d'animation de 1957 de Lev Atamanov, utilisant la technique du dessin animé. Et gra^ce à ce film d'animation cultissime, vous en apprendrez un peu plus sur la culture populaire russe ! Inspiré du conte d'Andersen La Reine des neiges, ce petit chef d'oeuvre brille par sa clarté et son intelligence. Il a donné suite à de nombreuses autres tentatives, dont celle de Vlad Barbe et Maxim Sveshnikov  (2012) en images de...

Etudier ce cours

3 films soviétiques incontournables

Quels sont les films russes emblématiques à découvrir ? Voici trois classiques d'un cinéma encore méconnu – puisque très rarement diffusé. Les médias et l’école ne transmettent en effet de la culture soviétique que les dissidents, alors que tant de créations artistiques de qualité ont été produites et aimées et constituent le patrimoine culturel des pays de l’ex URSS… Je vous propose aujourd'hui une petite liste personnelle de 3 films que je vous recommande...

Etudier ce cours

Stalker, un film d’Andreï Tarkovski. Сталкер

En complément des cours vidéos de grammaire russe, voici un article culturel qui vous invite à apprendre le russe à travers le cinéma ! Expliquer le Stalker est une entreprise délicate. Je ne suis pas spécialiste ou critique de cinéma, mais je souhaite néanmoins apporter mon regard sur ce film bouleversant de la fin des années 70. Andreï Tarkovski est né en 1932 sur les bords de la Volga et après avoir travaillé comme géologue en Sibérie il entre dans le cinéma au début des...

Etudier ce cours

L’Arche Russe d’Alexandre Sokourov. Фильм « Русский ковчег ».

L’Arche Russe, d’Alexandre Sokourov - une occasion unique d'apprendre le russe à travers un film magnifique et un regard sur l'Histoire de la Russie. Synopsis  du film: Un réalisateur-narrateur russe, se réveille dans le palais de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle. Il y fait la rencontre de De Custine*, un marquis français du XIXe siècle qui, comme lui, s'est retrouvé mystérieusement propulsé dans ces lieux. Ensemble, ils vont visiter l'immense palais,...

Etudier ce cours

9 Commentaires

  1. Bonjour Ania

    Quelle coïncidence! J’ai vu ce film « magnétique » peu avant votre article. Je suis une gameuse et j’ai acheté le jeu Stalker il y a des années. Le jeu fait lui directement référence à Tchernobyl.
    Et j’ai regardé Solaris par la suite.

    Je vais pour la première fois en Russie fin mai.
    J’admire ce pays, ses gens, son histoire et sa matière grise.

    Très cordialement

    Réponse
    • Bonsoir et merci de votre message ! Bon séjour printanier à venir !

      Réponse
  2. Enfin des éclaircissements sur cette œuvre si intimidante pour un petit français* !
    Merci Ania de partager ces réflexions – et merci pour l’ensemble de votre blog
    (je m’intéresse depuis peu à la langue russe, dans une démarche plutôt naïve, mais votre blog est si attrayant qu’il finit par donner envie de travailler sérieusement… Je vous souhaite en tout cas bonne continuation !)

    *souvenir d’adolescence (c’était du temps des cassettes VHS…), quand mes parents m’avaient présenté, de but en blanc, un improbable triptyque : Дама с собачкой, ravissant, Андрей Рублёв, terrible, et Сталкер, cryptique

    Réponse
    • Merci à vous de votre commentaire et merci de partager vos souvenirs. Oui, c’est une oeuvre assez
      « cryptique » et assez Christique aussi !

      Réponse
      • Merci Ania de prendre le temps et la peine de répondre.
        Oui, christique, cela m’apparaît plus clairement maintenant… et je ne comprends toujours pas bien comment ce film a pu naître et être diffusé dans les conditions politiques de l’époque.
        J’imagine qu’il vous est difficile d’en rendre compte, et de dire comment Stalker a été accueilli à l’origine en URSS, mais peut-être pouvez-vous nous indiquer, sans risque de fâcherie, quel public et quelle appréciation il trouve dans la Russie de 2015 ?

        Réponse
  3. Merci Ania de prendre le temps et la peine de répondre.
    Oui, christique, cela m’apparaît beaucoup plus clairement maintenant… et je ne comprends toujours pas bien comment ce film a pu naître et être diffusé dans les conditions politiques de l’époque.
    J’imagine qu’il vous est difficile d’en rendre compte, et de dire de quelle façon Stalker a été accueilli à l’origine en URSS, mais peut-être pouvez-vous indiquer, sans risque de fâcherie, quel public et quelle appréciation il trouve dans la Russie de 2015 ?

    Réponse
    • Cher Paul, on peut dire que Tarkovski s’échappe de son époque (de l’avant-garde et du réalisme) en renouant avec le passé culturel russe – mystique.`
      Dans le Stalker, il se projette dans un avenir post-soviétique imaginé par lui dans les années 70 pour à mon sens mieux filmer cette culture, cette âme russe (tournée vers la démesure de la nature et l’icône), d’où cette étrange temporalité du film. Tarkovsky a évité la censure en donnant à son film un aspect de film de science-fiction (il a échappé au cadre du film spiritualiste et ainsi à la bureaucratie). D’ailleurs, ce film est une adaptation libre d’un livre (pique-nique au bord du chemin). Ceci dit les autorités ont refusé de montrer ce film en dehors du pays car elles redoutaient son mysticisme…
      C’est sans doute pour cela aussi que son cinéma a été perçu comme arrogant. La civilisation soviétique est en un sens purifiée par Tarkovsky.
      Aujourd’hui encore, c’est comme ailleurs dans le monde, une minorité de gens qui regarde ses films…
      Voilà ma réponse, modeste, il faudrait peu-être faire un article plus long 🙂

      Réponse
    • enfin, n’hésitez pas à partager mon article si vous l’avez aimé 😉
      Je vous remercie pour votre remarque que j’ai cru bon de publier tant elle ne manquait pas d’élégance 🙂

      Réponse
      • On peut toujours développer plus, mais vous publiez déjà des articles et des réponses très substantiels !
        Merci encore Ania d’ouvrir toutes ces perspectives sur le monde russe voire au-delà
        (oui, je ne manquerai pas de partager l’article à la première occasion – j’avoue ne pas connaître beaucoup de personnes sensibles à ce type de film et de sujet, dans l’immédiat, mais les choses changent parfois)

        Commentaire personnel non destiné à publication, en restant dans le domaine cinématographique : par les sujets abordés, on pourrait croire votre blog écrit par un des anges des Ailes du désir. Mais le vôtre est encore mieux, car tout y est bien réel – semble-t-il !
        Bonne continuation…

        Réponse

Laissez une réponse à mayinsa Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *